Retour accueil - Fauves Editions

Tribune de Nicole Delépine


Agora Vox

NICOLE DELÉPINE, avril 2019

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/q...

HYSTÉRIE VACCINALE, Vaccin Gardasil et cancer: un paradoxe (2018)

Le Gardasil, vaccin contre le papillomavirus, a pour objectif officiel de diminuer la fréquence des cancers du col utérin dans les populations vaccinées. Pourtant ce cancer est rare (moins de 3000 par an en France, pour 1000 décès) et prévenu à plus de 80 % par le dépistage. Quand aucune urgence de santé publique n'existe, pourquoi les agences du médicament accordent-elles des autorisations à toute allure, comme s'il s'agissait de maladies gravissimes ? Pourquoi le Gardasil a-t-il été traité comme un produit d'urgence vitale et bénéficié d'une publicité et d'un soutien massif des sociétés savantes, des experts et des gouvernants ? Pourquoi chaque jour apporte un nouvel article publicitaire trompeur dans les grands médias ? Pourquoi des députés déposent-ils un amendement pour rendre ce vaccin obligatoire ? Pourquoi tant d'émissions répandent-elles la peur chez les familles des jeunes femmes, et bientôt des garçons ? Autant de questions auxquelles tente de répondre cet ouvrage, en faisant le bilan à 12 ans de la commercialisation sur les résultats avérés, et mettant en lumière la réalité des résultats des vaccinations larges et les confrontant aux espoirs des inconditionnels du vaccin, bercés d'illusions par les modélisations et simulations sur des hypothèses qui s'avèrent fausses. Ces résultats confirment la découverte de Lars Anderson sur la population suédoise : contrairement aux espoirs et simulations statistiques, le nombre de cancers du col utérin a augmenté chez les populations vaccinées. Ainsi, en l'absence de prise de conscience rapide et mondiale, le Gardasil pourrait bien être le prochain scandale sanitaire, bien plus grave par son ampleur (plus de 200 millions de doses administrées) que ceux du Distilbène, du Vioxx, de la Dépakine ou encore du Médiator.

 

GARDASIL. FAITH AND PROPAGANDA VERSUS HARD EVIDENCE (Fauves, 2019)

Since smear cancer screening, cervical cancer has become a rare cause of death among women of industrialized countries (0.7% of cancer deaths in US). This cancer is statistically linked to numerous factors including the frequent sexual activity, smoking and sexually transmitted infections.The authors evaluate the HPV vaccination results on the incidence of invasive cervical cancer in different countries, comparing their official national registers data.In all studied countries, the evolution is similar: during the smear screening era (1989-2007), the incidence of cervical cancer declined by 50 %. Since 2007 and the Gardasil marketing authorization, a trend reversal has been observed in all countries with high immunization coverage (Australia, Great Britain, Norway, Sweden). The registers analysis reveals a paradoxical increase in the cancer incidence appearing 3 to 5 years following the vaccination campaign. This increase affects almost exclusively the most vaccinated age groups. Gardasil trials have proved its effectiveness against HPV infection, genital warts and benign dysplasia, but not against invasive cancer. The Gardasil tolerance is the subject of debate. Serious neurological complications and even deaths are regularly reported. Today, the Gardasil benefit/risk balance is unfavourable. Inform elected officials to prevent an obligation threatening girls and boys. This unexpected paradoxical result requires additional studies to determine the causes of such a health disaster and justifies an immediate review of vaccine recommendations.

 


Auteurs concernés :

Nicole Delépine, Gérard Delépine


dernière mise à jour : 23 mai 2019 | © Fauves 2019 |conditions générales de vente et mentions légales